Ce qui peut calmer un bébé


Aujourd’hui newsletter pour les toutes jeunes mamans, avec cette éternelle question: « Comment est ce que je fais pour le calmer lorsqu’il pleur? »

Dèjà pour savoir quoi faire il faut faire un point sur ce que sont les pleurs.

Dès sa naissance le bébé ressent moultes émotions et envies: la joie, le bonheur, la tristesse, la peur, la douleur, le sentiment d’abandon, la faim, la soif, avoir froid, avoir chaud, l’envie d’être propre, l’envie de changer de position, besoin d’un câlin (OUI OUI c’est un besoin vital, et non un caprice), le besoin d’être rassuré, l’envie d’être pris dans les bras, l’envie de voir autre chose, l’envie d’être en interaction avec quelqu’un, communiquer,… etc etc …..

Comme vous pouvez le constater la liste est longue et non exhaustive, il y a encore des tas de besoins et d’émotions que le bébé peut ressentir. Nous les adultes, avons une manière différente d’exprimer chacune de ces émotions, ou des ces envies (et en plus ces manières sont également propres à chaque individu: pour la peur par exemple: certains vont hurler, d’autres partir en courant et les derniers vont rester apeurés dans un coin. Donc pour une même émotion nous avons plusieurs manières possibles de l’exprimer)

Eh bien dites vous que le bébé n’a qu’une seule façon d’exprimer ses besoins … PLEURER (en réalité il en a 3: pleurer, rires, et gazouiller; mais en général les rires et les gazouillis ne désarment pas les adultes !!! Nous allons donc nous pencher sur les pleurs)

Une fois que l’on a compris que ce « pauvre » bébé n’a que ce moyen de communication pour nous faire comprendre ses besoins, cela nous permet de nous enlever de la tête que ce dernier le fait « exprès pour nous embêter »  et donc accueillir les pleurs comme une forme de communication , plus ou moins agréable et compréhensible je vous l’accorde.

Donc bébé essaye de nous faire comprendre quelque chose avec son langage, sauf qu’il ne nous fournit pas le décodeur ! A nous de l’observer afin de reconnaître les différents pleurs.

Priscillia Dunstan à même carrément établit que tous les bébés avaient le même langage, a vous de juger

Si cela correspond aux pleurs de votre bébé, super vous avez fait un bon pas en avant!! Pour les autres il va falloir plus de temps, d’observation et de patience !!!

Chaque enfant est différent, et aura des besoins différents selon la situation, c’est là que vous endossez votre tenue de détective !!

Prenez le dans vos bras, câlinez le, bercez le, parlez lui, rassurer le, baladez vous dans la maison (s’il arrête de pleurer c’est que vous avez répondu a son besoin,  chouette) , S’il émet des signes de fatigue (bâillement, poing au yeux, cherchant une position de confort, vous savez qu’il est fatigué et avait besoin de vous, pour partir dans le sommeil)

S’il continu, direction la couche, elle peut être mouillée, sale, ou mal mise, donc on n’hésites pas à tout vérifier (même la température si on a un doute) et on peut en profiter pour  lui parler, lui expliquer ce que vous êtes en train de faire, vous pouvez jouer avec ses pieds, ou lui chanter une chanson.

Si ce n’est toujours pas ça, on tente le petit doigt dans la bouche, s’il se met à téter violemment ce peut être la faim (ou la soif, ce qui revient au même pour nous) et quelque soit l’heure de sa précédente tétée, on le nourrit, ce n’est pas un livre ou un médecin qui sait mieux que votre enfant s’il à faim.

Si ce n’est toujours pas ça, j’avoue vous y avez déjà mis beaucoup du vôtre sans succès, ce peut être décourageant, mais tenez bon, vous serez fière de vous une fois que vous aurez réussi, et la prochaine fois cette expérience pourra vous faire gagner du temps dans votre enquête !

Si vous pratiquez le portage (ce que je vous encourage vivement à faire pour votre bien être et celui du bébé. Et sachez qu’il n’y a pas que l’écharpe pour porter son bébé, je propose des ateliers de portage de la naissance à 4 ans basés uniquement sur des modes portage autres que l’écharpe. Pour voir les prochaines dates c’est par ici)  Donc si vous portez, hop on l’installe, malgré les pleurs, ne perdez pas vos moyens, tout va s’arranger. Et hop petite séance de muscu des cuisses, on se promène dans la maison, en faisant ce petit mouvement léger de haut en bas comme si on était sur ressort afin d’induire un mouvement doux et répétitif qui normalement aura raison de votre bout de chou. Vous pouvez l’accompagner d’un « CH »  à chaque pas, ce qui donnerait « Ch…Ch…Ch…Ch » ou d’un « Chhhhhhhhhhhhhh » long et répétitif. Ce bruit est assez hypnotique et calme les bébés. Cela permet également d’apaiser les douleurs de ventre, ses genoux relevés lui procure un auto-massage lorsque vous marchez.

Donc là normalement il s’est apaisé, si ce n’est pas le cas, un truc qui marche bien, si on a le  temps, c’est de sortir dehors. Portage, poussette c’est vous qui voyez. Pensez juste que pour calmer votre enfant il doit être agréablement installé, donc si vous avez une poussette citadine sans suspensions, on ne se promènera pas sur les chemins et les pavés, car les vibrations qui arriveront dans son dos seront loin d’être agréables. Donc on choisit sa balade en fonction de sa poussette (ou alors on achète une poussette compatible avec notre mode et lieu de vie, je peux vous aider si vous le souhaitez,)

Cette balade peut apaiser, détendre, permettre l’endormissement ou simplement divertir en regardant le paysage, donc chose important on ne rabat pas le canopy sur le cosy!!!! l’enfant doit voir ce qui l’entoure, pour son éveil c’est très important, mais également pour l’air qu’il respire, surtout s’il y a un brin de soleil. Dites vous que le tissus du canopy c’est comme une toile de tente, au moindre rayon de soleil c’est une vraie fournaise là dedans, eh bien dans un canopy rabattu sur le cosy c’est pareil ! Donc s’il fait froid on le couvre mais on lui laisse la vue dégagée et l’air frais entrer dans ses poumons.

Autre astuce si vous ne pouvez pas sortir de chez vous, le bain, dans une salle de bain chauffée à 24 degrés (sinon il aura froid et ne pourra pas se détendre). Prenez le temps d’être avec lui, ayez des mouvements doux et répétitifs, parlez lui. Pour les bébés qui ont encore un réflexe de Moro très marqué (bras qui s’écartent brutalement du corps) surtout rassemblez lui les bras sur son corps. C’est un moment d’angoisse très important pour le bébé. Vous pouvez également pratiquer le bain enveloppé les premiers temps, cela rassure très bien les bébés (si vous avez besoin de conseils la première fois, je viendrais vous aider avec plaisir).

Le massage peut également être une solution, avec ou sans bain.  Ces massages peuvent être fait habillé ou nu, avec ou sans huile (végétale bio de préférence) c’est vous qui voyez selon le temps imparti. Commencez par la tête et descendez le long du corps en allant jusqu’au bout des doigts et des doigts de pied. Vos mains doivent être à plat ou entourer le membre et exercer une légère pression, pour différencier la caresse du massage.

Le massage est aussi bénéfique pour permettre à l’enfant de prendre conscience de son corps dans sa totalité, de stimuler ses réceptions nerveuses, la myélinisation de ses nerfs ( notion que l’on voit lors des ateliers Montessori). Bref c’est bon et ça fait du bien au bébé et au parent qui prend du temps avec son enfant.

Le mois prochain je vous parlerai de ma partenaire Lola Pommey qui anime des ateliers massages bébés (entre autres) au sein de l’association parentalité 37

Plus simple que le massage il y a « les papouilles » sur le visage. Là aussi c’est difficile d’y résister !! le principe, vous effleurez le visage du bébé du bout de vos doigts, vous parcourez son front, ses sourcils, l’arrête de son nez, ses joues, son crane. Ce doit être très léger comme des ailes de papillons. Attention il se peut qu’il s’endorme alors à éviter sur la table à langer, au risque de devoir faire le pied de grue dans la salle de bain le temps de sa sieste.  Remarquez ce peut être une bonne raison de s’occuper de soi: manucure, épilation, masque…

Bon il y a aussi les moments où l’enfant est grognon car il est malade ou il souffre (poussées dentaires, otites…) , et là il faut redoubler de patience car ce n’est pas drôle pour lui non plus. Toutes ces techniques peuvent vous permettre de vous passer d’antidouleurs, néanmoins si cela ne fonctionne pas, consultez votre médecin et demandez lui sont avis.

Et surtout, si vous sentez que vous perdez patience, posez votre bébé dans son lit calmement, dites lui qu’il faut que vous alliez vous calmer et sortez de la pièce. Essayez de passer le relais, appelez une amie ou de la famille,  ne restez pas seule.

Sachez également que je suis là et que mon métier est de vous aider.

Si vous connaissez une personne à qui cela parlerait, n’hésitez pas à lui transmettre.

A très bientôt pour une nouvelle newsletter…